Joy – 2015

Et oui encore un film avec Jennifer Lawrence. Mais je reviens d’une période d’absentéisme sur mon site et c’est un film qui m’a marquée cet été. Ce film n’était pas dans mes prévisions mais ne vous inquiétez pas les critiques arrivent !

354746

Synopsis:

Aux États-Unis, dans le Massachusetts des années 1980, Joy est une jeune mère célibataire de deux enfants, qui doit également assumer de faire tourner une maison dans laquelle son ex-mari, chanteur de cabaret, vit au sous-sol et sa mère passe la journée devant des soap operas. Son père Rudy, responsable d’un garage de camions, débarque un beau jour, rejeté par sa compagne et doit cohabiter avec son ex-gendre qu’il n’apprécie guère. Il part à la recherche d’une nouvelle conquête, et rencontre rapidement Trudy, veuve fortunée. À l’occasion d’une sortie sur le voilier de Trudy, Joy doit nettoyer les verres de vin brisés sur le pont enteck. Cela lui donne l’idée d’un balai-serpillère auto-essorant. Dans le garage de son père et avec l’aide financière de Trudy, elle monte un atelier d’assemblage, à partir de pièces qu’elle trouve à faire fabriquer en Californie. Une relation de son ex-mari lui permet de rencontrer Neil Walker, directeur d’une toute nouvelle activité télévisuelle de vente de produits. Joy convainc Neil et obtient la présentation de son balai par le présentateur vedette de la chaîne de télé-achat. Mais l’essai en direct est un fiasco total. Joy revient à la charge et arrache de pouvoir présenter elle-même son produit : le succès est alors au rendez-vous.

Joy

Le fabricant californien décidant d’augmenter ses tarifs au risque de faire péricliter l’entreprise, Joy part à sa rencontre et découvre que la société, dans les mains d’un homme d’affaires texan, a fait breveter son invention. Elle tente de récupérer ses moules mais est expulsée par la police. Légalement sans aucun recours, Joy, désespérée, est poussée par sa famille à se déclarer en faillite. Malgré tout, l’étude minutieuse de ses contrats et des rapports comptables l’amène à la conclusion qu’elle est victime de plusieurs fraudes de la part de l’homme d’affaires texan. Elle va le rencontrer à Dallas et réussit à le faire plier. Ce sera le début de sa réussite.

Pour ce qui est de ce film je l’ai trouvé très novateur de montrer ainsi la force mentale d’une femme pleine de projets, une femme avec un tempérament très masculin qui n’a besoins de personne pour vivre. Si ce n’est quelques coups de pouce venant d’amis ou de belles rencontres elle construit son projet.

Je ne trouve pas spécialement de point négatifs sur ce film puisque il est cohérent et n’exagère pas trop sur le féminisme.

 

 

                La qualité des acteurs avec un casting en or

Bradley Cooper et Robert de Niro sont des acteurs mondialement connus pour fair d’exellents films.Pour Jennifer Lawrence, qui est toute jeune dans le cinéma et connue surtout dans la saga « Hunger games », emprunte à merveille son rôle de mère responsable, et de femme d’affaire. C’est un rôle qu’on aurait pu penser trop mature pour une jeune actrice de 25 ans mais c’est avec succès qu’elle relève le défi.

Un sujet simple

pour une fois ce n’est pas un produit ultra complexe que l’on montre, une situation aux mille issues, c’est une réalité sobre et c’est des plus respectables pour ce film

                                                         Un film encourageant

Pour toutes celles et ceux qui n’ont pas assez confiance en eux pour s’aventurer dans la création et la mise en œuvre d’un projet,  ce film est fait pour vous ! Il montre que tout est possible,mais pas de façon miraculeuse avec des événements irréalisables mais que tout est possible avec de la volonté et … de l’argent. Bien évidemment puisque s’il ne fait pas le bonheur , il y contribue.

joy-1

 

distribution et réalisation

Réalisation : David O. Russell

Jennifer Lawrence : Joy Mangano

Bradley Cooper : Neil, un cadre de QVC

Robert De Niro : Rudy Mangano, le père de Joy

Elisabeth Röhm  : Peggy, la demi-sœur de Joy

Édgar Ramírez : Tony Miranne, l’ex-mari de Joy

Isabella Rossellini : Trudy, la petite-amie de Rudy et financier de Joy

Diane Ladd : Mimi, la grand-mère de Joy

Virginia Madsen Terry Mangano, la mère de Joy

Jimmy Jean-Louis : Toussaint, le plombier

Donna Mills  : Priscilla

Melissa Rivers  : Joan Rivers

Susan Lucci  : Danica

Jade Pradin  : Jennifer Mangano

Dascha Polanco  : Jackie, la meilleure amie de Joy

bande annonce

2 réflexions au sujet de “Joy – 2015”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s