Tu ne tueras point -2016

 

 

 

507759MAGNIFIQUE. Avant d’entamer la critique de ce film je tiens à dire que je n’ai jamais été un grand fan des films de guerre et des histoires comme celles – ci, les actes héroïques aussi vrai soient-ils ne m’intéressent pas (au cinéma bien évidemment). Et là j’ai adoré ce film !

Le film

Un film de Mel Gibson

Synopsis

 Desmond Doss, fils d’un ancien soldat de la Première Guerre mondiale, veut apporter sa pierre à l’édifice lorsqu’éclate la guerre du Pacifique. En tant qu’objecteur de conscience, il souhaite s’engager mais refuse de tuer ou de porter une arme au combat en raison de ses croyances adventistes. Après de difficiles négociations avec l’armée, il est finalement 334580affecté au poste d’auxiliaire sanitaire.L’unité de Doss est affectée à la 77ème division d’infanterie et envoyée sur le théâtre de la guerre du Pacifique pour participer à la bataille d’Okinawa.

Mon avis

Au tout début du visionnage, je me suis dit «  mon dieu, c’est niait ! », entre le ralentis sur le visage de Dorothy, le bafouillage de Desmond devant elle. Le fait qu’il sourit comme un gosse tout le temps. Mais j’ai compris assez vite le coté caricatural de la légèreté de199006-jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx la vie quand on n’est pas à la guerre. Dans cette première partie, Le réalisateur nous fait des piqûres de rappel avec la scène du cinéma, le comportement du père, et l’enrôlement du frère.

La deuxième partie du film c’est l’entrée dans le corps de l’armée, avec encore une caricature (plus ou moins) du commandant hurlant sur ses hommes. Le réalisateur montre à merveille la pressions honorifique qu’on les hommes en s’engageant. Ce n’est pas pour rien qu’on appelle ceux qui partent sur le front « les hommes de courage ». Mais le courage ne se définit pas uniquement dans le fait de porter une arme et de tirer sur tout ce qui bouge. Le telechargementcourage c’est de défendre coûte que coûte ses valeurs. Le courage c’est aussi que malgré le jugement et les coups, de  se relever et de servir sa patrie.

La troisième partie, malgré quelques faux raccords, montre la dureté de la guerre (et encore les images sont gentilles). Du sang des membres, des boyaux, oui mais aussi une attention, une peine, une solidarité, et un respect fondamental des ordres. Dans tout ce chaos naît un héro. Un héro, humain, fragile, un petit peu fou (je dis cela avec humour et respect bien évidemment)

De tous les films que je vous ai présentés, c’est vraiment celui que je vous recommande le plus de voir. Puisque hormis la qualité de l’œuvre  il ne faut jamais oublier l’histoire. C’est notre bien le plus précieux.

 

Distribution

Andrew Garfield : Desmond T. Doss

Vince Vaughn : le sergent Howell

Sam Worthington : le capitaine J. Glovermaxresdefault

Teresa Palmer : Dorothy Schutte

Hugo Weaving : Tom Doss

Luke Bracey  : Smitty Racker

Rachel Griffiths : Bertha Doss

Nathaniel Buzolic  : Harold Doss

Matt Nable : le lieutenant-colonel Cooney

Milo Gibson (: Lucky Ford

Richard Roxburgh : le colonel Stelzer

Ryan Corr  : le lieutenant Manville

Goran D. Kleut : Andy « Ghoul » Walker

Firass Dirani  : Vito Rinnelli

Luke Pegler : Milt « Hollywood » Zane

Ben O’Toole  : le caporal Jessop

Robert Morgan  : le colonel Sangston

Nico Cortez : Wal Kirzinski

Richard Pyros  : Randall « Teach » Fuller

Ben Mingay  : Grease Nolan

Harry Greenwood : Henry Brown

Damien Thomlinson : Ralph Morgan

Rhys Bellamy : Desmond Doss, jeune

Philip Quast : le juge

James MacKay : le procureur

Desmond Doss : lui-même

 

Bande annonce

 

Desmond T. Doss

220px-dossdesmondt_usarmy

Né à Lynchburg le 7 février 1919, Desmond est le fils de William Thomas Doss, charpentier, et de Bertha E. (Oliver) Doss

Enrôlé volontaire en avril 1942, Desmond Doss, qui est adventiste du septième jour, refuse de tuer ou de porter une arme au combat en raison de ses convictions religieuses. Par conséquent, il est affecté à un poste d’infirmier sur le théâtre du Pacifique lors de la Seconde Guerre mondiale où il contribue à sauver la vie de ses camarades. Doss est blessé par l’ennemi trois fois au cours de la guerre, ce qui lui vaut trois Purple Heart. Peu de temps avant de quitter l’armée, on lui diagnostique une tuberculose qui lui coûte un poumontelechargement-1. Démobilisé de l’armée en 1946 il passe cinq années sous traitement médical pour ses blessures et sa maladie.

Desmond Doss décède en 2006 à son domicile à Piémont en Alabama, après avoir été hospitalisé pour des troubles respiratoires, le même jour que l’autre récipiendaire de la Medal of Honor David B. Bleak . Il est enterré au Chattanooga National Cemetery à Chattanooga

Votre avis

Published by

One thought on “Tu ne tueras point -2016

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s