Patient – 2017

Un seul mot : Splendide !

Synopsis 

Se laver, s’habiller, marcher, jouer au basket, voici ce que Ben ne peut plus faire à son arrivée dans un centre de rééducation suite à un grave accident. Ses nouveaux amis sont tétras, paras, traumas crâniens…. Bref, toute la crème du handicap. Ensemble ils vont apprendre la patience. Ils vont résister, se vanner, s’engueuler, se séduire mais surtout trouver l’énergie pour réapprendre à vivre. Patients est l’histoire d’une renaissance, d’un voyage chaotique fait de victoires et de défaites, de larmes et d’éclats de rire, mais surtout de rencontres : on ne guérit pas seul.

RÉALISATION :

Grand Corps Malade

Mehdi Idir

 

Ce film est un petit bijou du cinéma puisque en plus de montrer la vraie vie d’un homme il montre avec justesse la mentalité des gens «  normaux », les faiblesses du corps médical, la vision sociétale du handicap  et la détresse d’un malade. On rentre véritablement dans le quotidien angoissant d’un patient.

Les maladresses médicales

Le corps médical est montré à sa juste valeur, puisque combien de fois le médecin font des pronostics utopique et après on doit se prendre la vérité dans la figure. Le problème de l’infantilisation qui est soulevé, de ces soignants qui prennent les malades pour des enfants débiles complet, ou pire encore quand le patient n’est même plus un être humain a leurs yeux mais un vulgaire objet. « Il est à qui ce tétra ?! » A vrai dire au début du film il faut avoir le nerf bien accroché parce que l’attitude de certain est horripilante. Pour en finir avec le coté médical, un autre problème est soulevé, justement c’est le cas de le dire. Dans la scène où l’infirmière essaie de soulever Ben et qu’elle le laisse tomber. C’est là qu’on voit que certains médecins, ou infirmier préfère essayer de passer pour des héros avec leur orgueil plutôt que de penser au patient et d’appeler de l’aide

La société ne se préoccupe pas des handicapés.

Maintes fois dans le film Ben et ses amis partagent au sujet de leur retour « a la vie normal » et ce qu’ils craignent le plus c’est le regard des autres. Ils savent bien que pour les gens ils ne seront que des handicapés et plus des personnes. Et que pour construire une relation cela sera difficile puisqu’il y aura toujours ce problème du regard des autres.

La solitude.

On pourrait ce dire que c’est bon, ils ne sont pas tout seuls, ils ont reformés un groupe a l’intérieur du centre de rééducation, mais cela n’empêche pas le fait qu’ils sont seuls avec leurs maladie, leurs accident, leurs passé et leurs avenir bouleversé. Le plus bel exemple de cette détresse c’est Steeve (joué par  Franck Falise ) qui essaie de mettre fin à ses jours en buvant a outrance.

Rappel a la réalité

Plusieurs fois dans ce film, et c’est dalleur ça qui fait sa beauté est rappelé le fait que tout ceci est la réalité. Que devenir tétraplégique ça peut arriver d’un jour a l’autre, à cause de connerie, d’un jeu idiot, d’un verre de trop ou d’une dispute.

Et que une fois qu’on est malade, blessé il faut être réaliste et réadapter ses rêves a la nouvelle réalité.

Les personnages :

Dans le centre de rééducation on peut voir qu’une vraie communauté, Un groupe solidaire, compréhensif, mais aussi sans pitié. Mais ils peuvent se le permettre vu qu’ils sont tous dans la même galère .chaque personnage à sa petite particularité

 

  • Un résigné qui vit depuis tout petit avec son handicap : Farid (Soufiane Guerrab)
  • Le sage qui a compris qu’il était fichu et qui adapte ses rêves : Toussaint (Moussa Mansaly)
  • celui qui n’accepte pas sa situation : Steeve
  • celle qui cache et qui n’assume pas la réalité : Samia (Nailia Harzoune)
  • celui qui s’en sort miraculeusement : Ben (Pablo Pauly)
  • le gentil, qui oublie mais qui survit : Samir (SAMIR EL BIDADI)
  • le délinquant qui était sûr de lui et qui a joué avec sa vie : Eddy (Rabah Naït Oufella)
  • Le passionné qui, même blessé, n’abandonne pas sa passion : Éric ( Côme Levin)
  • Les parents, bouleversés, en colère, saturées ( Florence Muller et Xavier Mathieu )
  • Le kinésithérapeute, humain qui s’adapte a son patient : François (Yannick Renier)

Bande annonce 

Votre avis     

Published by

4 thoughts on “Patient – 2017

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s